1995 : les élections présidentielles et la 'fracture sociale' - ou les jubilations des géographes 'quantitativistes'

1995 : les élections présidentielles et la ‘fracture sociale’ – ou les jubilations des géographes ‘quantitativistes’

Par Myriam BARON (Université Paris 7 – PARIS) et Karine EMSELLEM (Université Paris 7 – PARIS)
1995 – Feuille n°15

Objectifs :

L’année universitaire finissant, les pauvres étudiants en quête de leur(s) diplôme(s) sont condamnés à passer sur le lit de Procuste des épreuves et surtout de leur notation ! Les plus à  plaindre seraient – à  les entendre – ceux qui ont sué sang et eau sur les principes des analyses multivariées, qui ont peiné sur les rudiments de calcul matriciel, ou qui ont agonisé sur les ‘rappels’ de géométrie vectorielle pendant l’année pour finir par subir le supplice de la page blanche auquel on survit toujours. Et la géographie dans tout cela me direz-vous ?

Pour citer cette Feuille :

Baron M., Emsellem K., 1995. “1995 : les élections présidentielles et la ‘fracture sociale’ – ou les jubilations des géographes ‘quantitativistes'”, Feuilles de Géographie, Feuille n°15, 19 p.

Type : Évaluation TD

Niveau : Licence 1, 2 et 3

Thème : Géographie quantitative, géographie électorale et… géographie sociale !

Télécharger la Feuille